Vis l’instant sans te poser de questions, moques-toi du regard de l’autre, tout le monde te diras que tu es incapable, que tu pourras pas, que tes idées sont mauvaises, fais-le !!

Bonjour Laura, parlez nous de vous, qui êtes vous ?

Bonjour, je m’appelle Laura Charnet, je suis célibataire, j’ai 27 ans, je suis fille unique, je suis née dans la Nièvre, je vis au Canada depuis décembre 2017

Quel métier exercez vous ? Avez vous toujours fait cela ? Et si changement pourquoi cette reconversion ?

J’ai pas toujours été camionneuse, j’ai eu d’autres emplois avant.

J’ai fait des études, j’ai obtenue mon CAP vente, j’avais pas envie d’en faire carrière mais je me suis dit que j’allais pouvoir trouver du travail facilement , j’ai jamais réussie dans ce domaine finalement.

Le métier de Maître-chien, me plaisait, j’avais envie de tenter mais le temps a décidé d’un autre parcours, et j’ai travaillée pour la mairie de Châtel Guyon.

De petits contrats, j’ai enchaînée avec Mac Donald’s, ça m’as permis de pas être inactive le temps de chercher ma voie, j’ai pu passer mes permis poids lourds et devenir camionneuse en 2014.

Avant de tout plaquer pour recommencer ce que vous avez créé ailleurs, avez vous eu l’envie de reculer, ou le grand saut était déjà certains ?

J’étais en couple en France, mon partenaire avait l’envie de partir au Canada, quand il m’a proposé j’ai dit oui pourquoi pas !

J’ai eu des doutes, c’était compliqué les démarches administratives, beaucoup de papiers, de questions sans réponses.

On a voulu partir en contrat ouvert, on a été aidés dans les démarches mais on a fait une grande partie du travail nous même.

Beaucoup de refus, pour manque de permis canadien, j’ai pensée parfois baisser les bras.

Puis un ami m’a contactée, il m’a dit si tu veux partir, je peux t’aider. Il m’a donnée un super contact, pour le job, cette carte de dernière chance nous à fait foncer. On a tenté, on s’est dit : on se lance où on le fera jamais !! et ça a fonctionné, je regrette pas.

Vous avez changé de lieu de vie et de projet, pourquoi ce grand revirement ?

Je me sentais pas à ma place, il manquait le goût de l’aventure. Pour moi c’était un rêve, de rouler sur des grandes distances.

J’aimais bien mon travail en France, mais je sentais que j’avais besoin de plus.

Quand j’ai eu cette opportunité, je me suis dit autant saisir ma chance de le faire, c’était le moment j’ai pas été déçue.

J’avais pas de maison, d’enfants, rien me retenais, c’était pas a 40 ans que j’aurai sautée le pas. Entre nous je pense que même à cet âge là c’est possible aussi.

Quel impact cette nouveauté de vie ou ce changement de carrière à eu sur vous, votre vie de femme , ou vie de famille ?

Je suis arrivée en couple, on s’est séparés dans l’année qui a suivie. Ça à été très difficile pour moi, j’ai remontée la pente il y a pire dans la vie qu’une rupture.

C’était une belle et longue histoire, on avait un rêve en commun, j’ai passée le cap de changer de continent, je voulais pas laisser une fin de relation mettre un terme à mon rêve et me restreindre de le vivre pleinement.

J’ai eu un moment de retour en France, deux mois où j’ai fait une dépression, mais je suis repartie rapidement. Ç’est parfois dur de pas voir ma famille, je me réconforte dans le sens où j’ai enfin trouvée ma place.

Ici, je rencontre du monde, je fais des sorties, des activités, plein d’occupations que je n’avais pas en France, j’ai une vie beaucoup plus riche et épanouie, je goûte à la liberté, je suis enfin moi même.

Personne me juge, tout est beaucoup plus agréable à vivre, c’est assez facile d’aller boire un verre, se créer de nouvelle connaissance, c’est génial.

Le métier que je fais au Canada, c’est ce que je voulais, c’est l’idée du métier que je m’étais faite, j’aime les paysages, les grandes distances.

Je suis bien plus heureuse aujourd’hui, c’est mon pays maintenant, je ferai tout pour y rester.

Comment on tient sa vie de femme, dans ce changement radical, cette évolution ?

J’ai jamais eu la barrière de la langue, ni eu trop de difficultés à parler, j’ai tout de suite compris ce que les autres me disaient, même si les expressions étaient autres je me suis vite intégrée.

Mon travail m’a beaucoup aidé à trouver ma place, mon job c’est ma passion, ça me motive le matin à me lever, prendre le volant et faire de la route; j’aime découvrir le pays, voir du monde, faire des choses que je n’avais pas l’occasion de faire avant.

J’ai une phrase fétiche, je me la suis tatouée d’ailleurs.

Le phénix renaît de ses cendres, à chaque coup dur je relève la tête, je reste jamais au plus bas, je fais en sorte de toujours remonter la pente et aller de l’avant.

Pensez vous que elna international a une pensée correcte quand elle suppose que chacun peut changer la face du monde à sa manière, et que indirectement tant que l’on pensera que notre vie n’est pas intéressante les choses bougeront pas ?

Oui, bien sûr que chacun peut changer sa vision de la vie des choses.

La seule façon c’est de se donner les moyens d’atteindre ses buts, il faut oser arrêter de penser pour les autres se recentrer et se créer pour soi.

Le jour où on arrêtera d’accorder du crédit au regard de l’autre mais qu’on se le donnera à soi, on aura tout compris on pourra faire ce qu’on désire et changer selon nos envies.

C’est parfois compliqué, des personnes malveillantes s’en mêleront, ou la vie retardera nos projets, mais il faut se donner les moyens de tenter, de se dire j’ai essayée, et à partir de là c’est certain je n’ai pas échouée.

Comment vous voyez l’avenir, en tant que Femme de demain ?

Sincèrement, je sais pas; c’est vrai que je vois l’avenir en déclin, beaucoup de réalités qui tombent, j’ai espoir que les consciences évolue et les choses changent.

Mon futur, Je pense que je serai toujours derrière mon volant, j’ai pas d’avis fermée.

Je pense voyager, vivre carpe diem, dans quel ordre j’en sais rien, mais pourquoi pas changer de pays, vivre ailleurs..

Je suis pas bloquée au niveau job, et je suis pas du tout sédentaire, je me considère comme le vent, je veux vivre sans regrets et ne pas avoir la sensation de pas avoir tout vécue.

Pour conclure, je veux vivre a fond sans barrières avec le maximum d’aventures possible.

Vous avez eu du courage, de l’espoir pour changer votre vie, quel conseil donneriez vous à ceux qui vous lisent ?

On a qu’une vie, j’aime le dire et je me répète, carpe diem !! Vis l’instant sans te poser de questions, moques-toi du regard de l’autre, tout le monde te diras que tu es incapable, que tu pourras pas, que tes idées sont mauvaises, fais-le !! qui tente rien à rien, tu sauras pas à l’avance, si tu vas tomber. Essayes, tu auras pas le regret de pas l’avoir fait.

Si l’enfant de 10 ans que vous étiez vous regarderai aujourd’hui que dirait il ?

Elle dirait : Je suis fière et choquée à la fois. elle est folle !!

Elle voulait bosser avec les animaux étant petite, mais le camion est arrivé vite dans sa vie.

Elle serait assez admirative de tout ces voyages, cette aventure canadienne, elle était timide alors tout quitter ça aurait été impossible pour elle. Si je pouvais lui parler, je lui dirai fonce, fais ce que tu as envie de faire, n’ai pas peur oublies les autres, vis a fond.

Elna international souhaite montrer à ses lecteurs que demain se construit par chacun, quelque soit son métier son rêve, son ambition, sa classe sociale, ou son ethnie, pensez vous que se reconnecter en racontant l’histoire de chacun, pour qu’on se sente plus proche de son voisin peut donner confiance et courage à ceux ou celles qui ont perdu espoir ?

Bien sûr, il faut des témoignages ça m’a aidée de lire des écrit d’autre personnes qui étaient camionneurs là-bas, ça m’a confortée dans ma décision.

Ils ont réussis pourquoi pas moi ?!

je suis pas plus bête qu’un autre.

J’ai été confiante, grâce à ça je me suis sentie plus motivée.

Quand on a une baisse de régime, parce-que l’attente est longue, ça rassure de se dire que c’est possible et je me suis dit a mon tour.

La flamme a toujours été allumée,elle se ravivait en relisant des témoignages, quand elle perdait en lueur, oui ça m’a donnée de l’espoir en faite pour me dire GO !!

Pour finir en un mot , que diriez vous à nos lecteur sur votre vision du monde de demain ?

Vis.

On a qu’une vie croque la à plein dents.

Auteur,

Hélène Bonnaud


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *