Je veux pas une vie forcément folle, ou extraordinaire, bien-sûr que s’il fallait le faire, je le ferai sans aucun doute, et si ça se fait pas je n’aurai pas la sensation d’avoir loupé ma vie.

Bonjour Clément, parlez nous de vous, qui êtes vous ?

Je m’appelle Clément Wantiez, j’ai 28 ans, originaire du Nord Pas de Calais, j’ai été a l’école et passé ma jeunesse là bas, je suis maintenant en Australie depuis février 2018

Quel métier exercez vous ? Avez vous toujours fait cela ? Et si changement pourquoi cette reconversion ?

J’étais routier en France je suis pas venue dans l’idée de faire le même métier,mais d’avoir une meilleure qualité de vie.

c’était un rêve juvénile, une attirance, ça sonnait comme une évidence. J’ai longtemps réfléchis à cette transition cette culture qui m’attirait. J’étais désabusé de mon travail en France, c’est en fil de discussions que j’ai trouvé le métier de camionneur ici, en faite j’ai de suite senti que mes valeur se rejoignaient j’étais moi-même. J’ai du repartir de zéro, mes permis étaient a refaire tout est plus grand ici !

Avant de tout plaquer pour recommencer ce que vous avez créé ailleurs, avez vous eu l’envie de reculer, ou le grand saut était déjà certains ?

Non pas forcément, j’avais déjà le projet en tête depuis mon adolescence, je l’avais repoussé, il était préférable pour moi de me donner le temps de partir et d’être sûr.

J’avais pourtant ce sentiment, qu’en France ma vie n’y répondait pas, je ne retrouvais pas les valeurs que je défendais, ni l’étincelle qui me donnait envie d’avancer. C’est en décembre 2016 que ça a réellement pris acte, j’ai eu ce déclic pour mes 25 ans, j’avais envie d’autre chose, j’ai mis mon départ en place, c’est finalement en septembre 2017 que j’ai rassemblé papiers, visa, j’ai acheter un aller simple je suis parti. J’avais qu’une envie : sauter et ne pas remonter.

Vous avez changé de lieu de vie et de projet, pourquoi ce grand revirement ?

Le travail en France me donnait un goût déplaisant de mon métier, j’avais l’impression que ma mentalité ne correspondait pas, j’étais décalé et pas dans le moule qu’on attendait.

Je pense pas comme la plupart des français, j’avais déjà une autre vision des choses et de mon avenir.

j’étais mal à l’aise en communauté, les autres me trouvaient fou, a leurs yeux les rêves étaient trop grand voir irréaliste, j’étais selon leur pensées utopique.

Je me suis mis a regarder les reportages sur l’Australie, ce continent qui m’avait toujours attiré, je me suis senti en harmonie avec ce qu’il en ressortait et j’ai pas été déçu ! Ici, les mentalités sont autres, tout est zen, tout est possible.

J’ai pas eu ce ressenti hasardeux de manque ambition, je pouvais réussir.

Quel impact cette nouveauté de vie ou ce changement de carrière à eu sur vous, votre vie d’homme, ou vie de famille ?

J’ai quitté la France j’avais des projets ils ont également évolués avec le temps .

Mes proches pensent que j’ai changé, me trouve beaucoup plus réfléchis plus posé, je m’énerve moins je suis apaisé.

je vis la vie que je veux, j’ai pas l’impression de subir ma vie, je prend mon temps je me sens pas en stress comme en France.

Si on y songe je pense qu’on peut dire que j’ai mûri, j’étais jeune un peu fou irréfléchis, le voyage ma rendu plus sage.

Je suis plus de mauvaise humeur comme avant, tout était un drame, je faisais d’un rien des montagnes,j’adopte une attitude plus positive, j’aime a me dire c’est un détail, je veux pas gâcher ma journée pour de petite choses.

Comment on tient sa vie d’homme dans ce changement radical cette évolution ?

Avec de la maturité, je vois les chose différemment, j’ai été obligé de faire face à plein de responsabilités.

En France, je demandais de l’aide à ma maman, pour les papiers, rdv, impôts, médecins…

Ici, j’ai pas eu d’autre choix que d’être face à moi même, je me suis pris en main, j’avais personne pour m’aider ou me guider.

Je loue une maison, je vis seul, j’avais jamais vécu seul j’étais toujours entouré, mais j’y trouve un certain plaisir, je suis assez solitaire.

Pensez vous que elna international a une pensée correcte quand elle pense que chacun peut changer la face du monde à sa manière, et que indirectement tant que l’on pensera que notre vie n’est pas intéressante les choses bougeront pas ?

Je pense que chaque personne est maître de son propre destin, même si c’est pas toujours facile de faire le pas. Si chacun a une envie de changer, c’est possible même si on est pas issue du même milieu social.

J’ai envie de dire que c’est peut être plus facile pour une personne au revenu aisé que modeste.

Je suis issue du milieu modeste, on était pas riche mais pas pauvre non plus.

Oui, j’ai eu une belle enfance, mais je viens de là où il faut pas avoir peur de travailler pour partir en vacances.

J’ai appris de la vie que quand on veut c’est possible, pour moi tant que l’on se pose des questions c’est qu’on est pas encore sûr de son choix.

Moi j’ai toujours été certain, j’aurai pu être déçu à l’arrivée, c’est vrai, mais finalement non je le suis pas du tout.

Je pense qu’on obtient quelque chose si on se donne les moyens de se battre malgré les difficultés.

Comment vous voyez l’avenir , en tant qu’homme de demain ?

Je suis partie de France j’avais pas le but d’avoir des enfants, je me reconnaissais pas dans cet idéal maison femme enfant, mais peut être que le temps changera les choses, je me fixe pas de dates, ni d’ultimatum, ça viendra quand ça le devra.

Je veux pas une vie forcément folle, ou extraordinaire, bien-sûr que s’il fallait le faire, je le ferai sans aucun doute, et si ça se fait pas je n’aurai pas la sensation d’avoir loupé ma vie.

Vous avez eu du courage, de l’espoir pour changer votre vie quel conseil donneriez vous à ceux qui vous lisent ?

Je leur dirais si c’est ce qu’il veulent qu’ils le fassent !!

si tu en es sûr, tu auras toujours des doutes, et c’est Normal, entre nous je pense que l’inverse me surprendrais, alors fais-le. Bien-sûr que c’est dur, que ça sera pas toujours facile ou plaisant, si tu abandonnes c’est que tu n’étais pas prêts où que tu fuis pour des raisons qui sont pas bonnes.

C’est sûr, par moment tu voudras tout arrêter, ça m’est arrivé ici une fois, ce qui m’a pas aidé, ce sont les papiers. C’est très dur à obtenir, mais l’envie et le but reviennent plus fort. Ça donne de l’espoir et du courage, quand on a accompli un objectif, on savoure autant plus la réussite.

Il faut pas avoir peur, alors oui certes tu auras comme nous tous, la peur de l’échec, mais c’est possible, j’aime cette phrase d’ailleurs :

On regrettera jamais d’être monter dans le train, on regrettera seulement de ne pas l’avoir pris.

J’aurai pas honte de revenir en France, j’aurai essayé, j’aurai vécu une belle expérience je sais que ce que je veux et j’aurai l’opportunité de me dire j’ai tenté au moins.

Si l’enfant de 10 ans que vous étiez vous regarderai aujourd’hui que dirait il ?

Quand j’avais 10 ans, je voulais conduire des tracteurs, des engins. En y pensant j’ai toujours aimé ça.

Si je me voyais je lui dirais : continues et crois en tes rêves, rien est impossible.

Je me disais, quand j’étais adolescent, ça doit être dur, je suis pourtant admiratif d’être cet homme qui aujourd’hui traverse le désert, avec des remorques de 50 à 60 mètres de long.

C’était du coup positif de penser ainsi, ça m’a forcé à me battre pour y arriver, et donner le meilleur de moi. crois en toi petit, ne fais surtout pas impasse sur les ambitions que tu as, elle ne seront pas trop grande et ne baisse pas les bras.

Elna international souhaite montrer à ses lecteurs que demain se construit par chacun, quelque soit son métier son rêve, son ambition, sa classe sociale, ou son ethnie, pensez vous que se reconnecter en racontant l’histoire de chacun, pour qu’on se sente plus proche de son voisin peut donner confiance et courage à ceux ou celles qui ont perdu espoir ?

Moi, je pense qu’elle a raison, en lisant des témoignages ou des articles ça leur donnera courage d’essayer et de se dire mais pourquoi pas moi !?

Je pense pas que qui que ce soit, puisse être moins intéressant ou intelligent, et ne puisse pas se donner les moyens de tenter.

Il faut pas avoir des regrets, et se dire que si j’avais osé, j’aurais peut être été plus heureux. On peut pas blâmer quelqu’un qui a voulu essayer d’avoir une vie meilleure. Il faut des témoignages comme ça, pour aider ceux qui ont perdu l’espoir, ou encore faire naître une vocation a ceux qui sont perdu.

Pour finir en un mot , que diriez vous à nos lecteur sur votre vision du monde de demain ?

Changement.

je dirais que c’est pas bien grave si l’on est pas sur la même longueur d’ondes, c’est comme c’est petites choses du quotidien, parfois il suffit d’arrêter de les acheter pour que ca se vendent.

même si on es pas d’accord, on peut mettre sa pierre à l’édifice, laisser sa trace.

Il suffit de changer plein de petites habitudes pour de grands changements. C’est certain, on verra pas l’effet de suite, mais à long terme que ça soit dans sa propre vie, ou ceux qu’il aime, dans son entourage, ça sera une grande différence.

Auteur

Hélène Bonnaud


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *