c’est super, si je devrais le refaire c’est sûr, sans aucun doute je le referai sans hésiter, franchement n’écoute pas ce qu’on peut te dire, fonce !!

Bonjour Hélène, Bonjour Mathéo, parlez nous de qui êtes vous ?

Je m’appelle Hélène Bonnaud, j’ai 31 ans, je suis célibataire, je suis la maman de Maélys 5 ans, et de Mathéo bientôt 10 ans atteint du syndrome Dandy Walker variant et aussi autiste TSA.

Nous vivons à Clermont-Ferrand en Auvergne.

Quelle est votre histoire, parlez nous du handicap qu’à t’il changé dans votre vie ?

J’avais 22 ans quand je suis tombée enceinte de Mathéo, a la fin de la grossesse a trois semaines d’accoucher on m’a annoncée froidement sans préambule ” votre fils est handicapé, vous êtes jeune vous allez gâcher votre vie, avortez on fera une IMG”.

Je n’avais pas l’intention d’abandonner a trois semaines de la fin.

Ce qui a changé, j’ai toujours vécue seule, j’ai grandie en foyer en famille accueil, les amis où la famille qui part au premier coup dur ça m’a pas tellement surprise.

J’ai pourtant créée une vie de femme, je me suis assagie, j’ai montée une association pour aider Mathéo à grandir et de la on a une vraie famille internet, des réseaux qui ont rapprochés donné de l’affection, du soutien.

Mathéo s’est Battu, il a fait un premier arrêt respiratoire à l’âge de 3 mois, un autre à six ans, quand il avait 4 ans Mathéo ne tenait toujours pas debout on m’a dit que j’avais des rêves utopique que je ne voyais pas la réalité en face et puis j’ai croisé une canadienne ma vie a changé plutôt sa vie à lui a changé. Mathéo a pu bénéficier de la méthode MEDEK, a cinq ans il a fait ses premiers pas et à huit ans il faisait du vélo.

Si Mathéo du fond de ses yeux bleus a toujours eu le sourire, c’est un enfant qui est vivant, rayonnant de bonheur, il aime les choses simples et trouve plaisir dans la nature et ce qui l’entoure. Je me surprends à le voir s’émerveiller pour un simple papillon. Il a changé ma vision des choses, j’ai eu le courage de tout quitter, tout recommencer des centaines de kilomètres plus loin, j’ai eu le courage de passer mon permis et changer de travail, écrire des livres faire des scènes, cette association qu’on a créé nous a apporté beaucoup de bonheur, Mathéo est quand même pour moi à mes yeux un symbole de courage et d’espoir. Je pense qu’il est arrivé à un moment dans ma vie où j’aurais pu partir en dérive, il a donné à ma vie de femme une réussite qui aurait peut-être eu un autre sens si il n’était pas là.

Mathéo a monter le Puy de Dôme, il a grimper cette montagne tant attendue pour un enfant handicapé, racontez nous comment cela c’est passé ?

On avait déjà menés tellement de batailles, les courriers au Président de la République, l’aide de Monsieur le Maire pour une place en IME, l’émission milles et une vies et les multiples interviews nous avaient aidés à faire connaître notre combat, mais on avait envie de montrer que handicapé c’est aussi être capable.

Je me suis entraînée seule longtemps pour faire le chemin, en étant sûr de mener mes deux enfants en haut du volcan, faut savoir qu’il y a trois heures de marche aller-retour en partant du chemin des muletiers. On voulait donner de l’espoir dans le monde du handicap, et j’avoue montrer à ceux qui ont pas cru en nous qu’on pouvait grimper un sommet !!!

C’est une image mais pour mon fils j’ai gravie la montagne (rires)

A l’époque comme on peut voir dans l’émission Mathéo montait à peine les escaliers, je lui disais souvent que chaque marche était une étape à affronter, c’était super de voir qu’il faisait ses premiers pas et qu’il réussissait. Mais de là a ce qu’il marche 3 heures et grimpe le Puy de Dôme, non c’est hallucinant, j’y crois pas !! C’est une révolution et un message fort de courage et d’espoir pour d’autres !!

Comment tenez vous votre vie de femme, de maman dans cette aventure ?

C’est parfois très dur, je suis solitaire j’aime pas les gens ils me dérange.

Pour autant j’ai du mal a grande échelle à supporter la solitude, j’aime la simplicité de la vie et profiter de moments entre amis en pleine nature ou boire un verre en terrasse, j’ai compris qu’il fallait surtout que je prenne du temps pour moi, en tant que femme, je suis maman mais aussi femme, c’est important de pas s’oublier !

Côté personnel, on va pas se mentir, pas facile d’arriver dans la vie d’un partenaire avec deux enfants, un différent, et surtout un caractère de femme indépendante mais je changerai pas tout ce que j’ai !

Mathéo est finalement à vos yeux votre force de vie qu’en est il de votre fille ?

Maélys est une petite fille espiègle, pleine de vie, elle a un caractère bien trempé,c’est pas facile pour elle, parce que si on y regarde de près elle est arrivée la deuxième, mais à dû très vite être autonome et prendre sa place.

Elle est très indépendante et intelligente, elle a compris que son frère était handicapé et que cela devait effectivement apporter dans notre trio quelques concessions, on a pas des rapports mère fille très “girly” mais on s’aime a notre manière.

Si la petite fille de 10 ans vous voyez aujourd’hui que dirait- elle ?

“Oh girl tu déchires”

Quand j’étais petite je voulais vivre dans un monde imaginaire finalement je suis écrivain, c’est pareil non ?

en tout cas aujourd’hui si je voyais cette petite fille, je lui dirai continue de te battre sois forte, crois en tes rêves tu verras que si personne ne crois en toi à part toi-même tu avanceras.

Mais surtout vas jusqu’au bout, et même si tu as froid, même si tu as peur, même si tu pleures ne pense pas que tu es utopique, ce sont les autres qui ont des limites trop petites pas toi, et surtout dis-toi que tu seras heureuse.

Si vous aviez une phrase pour finir que diriez-vous à nos lecteurs ?

c’est super, si je devrais le refaire c’est sûr, sans aucun doute je le referai sans hésiter, franchement n’écoute pas ce qu’on peut te dire, fonce !!

Auteur

Hélène Bonnaud


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *