Bien sûr que ça va changer la vision de voir l’avenir, les gestes sociaux que l’on avait sont en train de disparaître, les personnes sont de plus en plus méfiantes, mais je me dit que ça va s’arranger, que c’est une épreuve de plus dans l’histoire de la vie.Dans notre métier, c’est un facteur de plus ou il faudra que l’on fasse attention, et que l’on garde dans un coin de la tête que le “covid “n’a pas disparu.

Bonjour Jordan, qui êtes vous parlez nous de vous ?

Bonjour, je suis pompier dans un aéroport, nos missions principales sont;

-Tout mettre en œuvre pour la sécurité des personnes, des biens et de l’environnement.

-Prévenir des incendie ou accidents d’aéronefs, assurer le sauvetage, l’évacuation et les premiers secours aux personnes

On a bien sûr d’autre mission sur la plateforme, je ne rentrerai pas dans les détails car ça serait bien trop long à expliquer.

Avez vous travaillez durant cette crise sanitaire, racontez nous comment vous l’avez vécu, qu’est-ce que vous avez ressentie, et surtout qu’est-ce qui a changé pour vous ?

Comme beaucoup de métier, oui j’ai travaillé pendant le covid, pendant l’épidémie l’aéroport est resté ouvert, pour des déroutements et des évacuations sanitaires.

Ç’était une période pendant laquelle le doute s’est installé,l’inquiétude voir même la peur, car on avait pas forcément de matériel.

Puis on avait pas envie de ramener le virus à la maison, ou au boulot par le biais de notre engagement de pompier volontaire dans nos centres respectifs.

Quel conséquences cela a engendrée durant cette période sur votre travail ou votre entreprise ?

Ça a engendré une réduction des effectifs de garde, de 5 personnes par jour on est passé à 3, vu qu’il y avait quasiment voir aucun vol sur l’aéroport. On a du prendre les congés qui nous restaient et les heures supplémentaires pour éviter d’avoir trop de chômage partiel. Puis sur l’entreprise une perte financière.

Estimez vous avoir été assez valorisé et reconnu pour l’effort fourni dans ces moments difficiles ?

Franchement nous somme le 21 juillet, pas une personne de la direction est venu nous remercier pour le travail que l’on à fait, ou même pendant cette crise, personne nous a contactés par téléphone ou par mail, afin de savoir si on pouvait faire face à ça, on s’est retrouvé un peu seuls.

Nous avons quand même eu des cas de covid sur notre aéroport que ce soit en passagers mais aussi en personnels, après je sais c’est notre métier, mais un métier qui n’a pas eu de reconnaissance.

On parle beaucoup du covid, vous en pensez quoi ? Comment vous voyez l’après covid ?

On en parle beaucoup trop, surtout à la télé, ça à tourné en boucle pendant 3 mois. Il faut faire la part des choses, et continuer à vivre avec ce virus, en étant vigilant. Pour le moment il est trop tôt pour parler “d’après covid”, car on a aucun médicament ni vaccin.

Vous qui étiez en première ligne de cette crise sanitaire quel conseil donneriez vous ?

Il faut vivre avec tout ces nouveaux geste et prendre de nouvelles habitudes quand on se retrouve dans des lieux publics, clos etc…

Portez des masques et lavez vous les mains le plus souvent possible, pour vous protéger mais pour aussi protéger ceux que vous aimez.

Est ce que cela va changer votre vision de l’avenir ou votre vision du métier ?

Bien sûr que ça va changer la vision de voir l’avenir, les gestes sociaux que l’on avait sont en train de disparaître, les personnes sont de plus en plus méfiantes, mais je me dit que ça va s’arranger, que c’est une épreuve de plus dans l’histoire de la vie.

Dans notre métier, c’est un facteur de plus ou il faudra que l’on fasse attention, et que l’on garde dans un coin de la tête que le “covid “n’a pas disparu.

Pour finir que diriez vous à nos lecteurs sur ce moment vécu et à venir ?

Je n’aurais jamais imaginer qu’un jour on vivrait ça. Continuez à vivre mais d’une façon différente, respectez les gestes et le port du masque.

Les prénoms ont étés modifiés pour protéger l’anonymat de nos témoins.

Auteur

Hélène Bonnaud

Catégories : Témoignages

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *