Il est arrivé le jour que tout le monde redoute, ce moment où tu sais que ça allait arriver, tu le sentais venir mais tu ne voulais pas te l’avouer, le déni du confort de l’habitude presque plus appréciable.


Tu sais ce sentiment que tu ressens, ça te broie les entrailles, et te laisses un goût d’amertume, en te faisant divaguer dans une nostalgie certaine.

Des années de relation, où tu as cheminé dans une envie de pleinière construction, une communion avec ton autre que tu admires, ou même parfois tu en oublies pour quoi c’est cette personne que tu as choisis.


Les jours ont passés, les envies communes se sont estompées, les défauts prennent placent sur les qualités, ces même petits hics qui t’agacaient mais te manquaient dans le temps, finalement ressortent de façons exponentielle,
C’est comme si tu tombais d’une vie virtuelle, à une réalité substancielle.


Oui, tu l’as compris, c’est la fin d’un mensonge, la fin d’un songe qui t’ouvre les yeux sur un présent qui te laisse vide, qui t’angoisse, qui te fais dire, mais maintenant je fais quoi ?

Oui mais toi tu m’as quitté c’est plus facile pour toi, puis tu es un mec tu vas coucher partout, où tu es une femme ça va vite te revenir, et si on enlevait les clichés…


Les kleenexs puis Netflix, il y a cette phases de dépressions accroché au canapé, la panière à linge qui déborde, la douche qui crie famine pour que tu l’allumes, le livreur de pizzas qui te vois avec le même jogging troué depuis 3 semaines, cette phases tu la connais, mais rassures toi ça dure pas, il y a les potes.


Tu sais ce pote, qui vient, qui prend des nouvelles, qui parle avec toi, qui t’accompagne au bar te changes les idées, il y a celui qui en as rien à faire mais va t’écouter, parce qu’il est pas dans le même délire, mais aura peut être assez pitié pour pas te couper , celui qui aura rien à te dire où va te sortir : ” allez, un(e) de perdue, dix de retrouvé (e)”, cette envie sur le
coup de le baffer, puis ce moment où tu vas préfèrer rien dire et garder tout toi, rester seul .


Une fois cette série de clichés, tu as finis de pleurer, remplir le saladier, tu regardes autour de toi, tu vis dans un appartement ou Tchernobyl a transplaner, et tu te dis, Qu’il est temps de faire appel au nettoyage. Tu passes le Fun de la poubelle, tu ramasse les kleenexs vieux de six semaines, tu passes 3 Jours à faire le ménage, et là okay, Sayes tu vas te laver, tu retires le duvet de poils de la deprime, tu t’abonnes a Snapchat Instagram,
Tinder, le bar du coin même la gazette !!! Tu t’inscris à la salle de sport, tu fais une story, tu balance la même photo toute les 3 semaines parce que tu le sais tu y retourneras pas, mais tu payes, tu smiles et ça c’est mieux …


Tu allumes ton facebook, 52 messages spam, la salade de tonton jean, le yoga de Jacqueline, tu affiche une photo de toi en mode “celib mais trop sexy” 68 likes, t’espères que ton ex passes par le compte de son arrière grand père pour te mater, oh il l’a fait …. Et puis un jour tu arrêtes, tu t’en fous, tu te libères.


Tu commences à sortir, prendre soin de toi, aller voir tes potes, manger au resto, ton portefeuille c’est pas Manu chao, tu attires plein de gens mais le sexe tu t’es donné, maintenant tu veux te poser.


Te quoi ?? Oui te poser, mais comment refaire confiance, après avoir été abandonnée, ne pas donner son coeur à n’importe qui, hum… de toute façon en sautant tu peux te louper, alors prends le risque et essaies..


La perfection ça existe pas, on oublie les corps de rêve à la David Beckham, ou à la Megan Fox, celui qui sera “beau” à nos yeux ne sera pas forcément aux yeux du voisin et tant mieux, Celui qui est imparfait peut être parfait sur tellement d’autre points, on peut penser qu’il faut cette amitié folle à en rire devant une PS4, cette Chamaillerie fraternelle à se balancer le tonnerre avant de se réconcilier en se balançant des oreillers, le sex Friend qui te fait décoller et prends soin d’écouter tes besoins autant que les siens, oui finalement l’autre qui à un mélange de tout. On est pas “trop” ou pas “assez” ..on est comme ça et puis c’est tout !

Sayes tu es arrivé au stade où tu n’as plus besoin mais envie de partager, saute et fonçes et si tu tombes relève toi, oublie pas la clés, confiance complicité confidentes, et tu trouveras le smiles !

Les multiplumes d’Elna


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *