Et voilà, si tu es là à cet instant précis, sur mon blog. C’est que toi aussi tu es arrivé à une croisée des chemins. Tu as passés cette étape de deuil. Tu as joué avec la tentation et tu t’es brûlé les ailes sans rien te refuser. Oui et alors, tu étais célibataire, peut importe tu t’es amusé et tant mieux !


Les mois ont passés, tu as dû par la force des choses te retrouver avec toi même. Ce voyage si effrayant mais nécessaire pour se découvrir de nouvelles distractions et de nouveaux horizons.
C’est facile quand on a ce sentiment de solitude, a déverser ce besoin dans des relations charnelles instantanées. Je vais te faire une confidence, Oui comme toi j’ai cédé au péché.
Oh! La traîtresse, que tu dois te dire, non tu sais je ne l’ai pas vécue comme cela.. Avant de répondre à notre question laisse moi te raconter..

Ce premier baiser digne d’un amour timide de collège, ces fous rires, oh non tout n’as pas été que charnel !J’étais si prude et perdue dans un mal-être que je me refusais d’affronter, bien sûr que trouver une personne qui s’intéresse à vos défauts et vous fait sourire, vous redonne confiance est bien plus qu’une évidence.
Mais, après des mois de relations délicieuses, aux échanges torrides et volés. On arrive à la même finalité, le dégoût de soi-même face à la réalité.


Oh non, j’assume cette aventure, elle m’a fait grandir, mûrir, déployer mes ailes. J’ai pu goûter à la liberté d’une relation cachée, on se promets sans sentiments. Bien-sûr je vais pas te mentir mais il y a de l’attachement, celui d’ailleurs qui vient à la suite de notre discussion.


Tu sais, cet entre deux, cette différence si infime entre l’attachement et l’amour. Ce sentiment perturbateur, qui te laisse douteux entre la passion et la fougue de l’instant qui t’en ferait perdre la raison.
Oui, on se dit ” et puis tampis”, sauf que cette phrase un jour sans se rendre à l’évidence du détachement promis, finit par détruire la stabilité d’un secret qu’on pensait enfoui.

Bref, tu l’as compris, tu te réveilles le matin, tu en as marre de voir ce visage qui est plus adéquat à la situation que tu espères. Tu passes par le dégoût, la colère. Ces émotions tout à fait lambda,qui t’amène à une introspection. Tu veux être seul(e). Oui, tu veux plus écumer les bars, tu veux plus rentrer ivre après plusieurs cocktails pour oublier le parfait inconnu avec qui tu as passé la nuit d’avant. Tu veux juste être avec toi-même et te préparer.


Te préparer à quoi ? Bien-sûr que cette vie de Folies, paillettes et cotillons ne pouvait pas durer une éternité, hormis des schémas sociétales que l’on a fuit, bien loin l’idée d’y rentrer. Il y a au fond cette envie de farniente et d’une vie rangée qui commence à briller.

On pense plus à l’amour comme une nécessité où comme un besoin, on le regarde aujourd’hui comme une envie de partager quelque chose, ce sentiment d’apaisement après avoir eu la sensation d’avoir assez joué et profité des plaisirs de la vie, avec une envie que notre coeur se mélange avec risque à celui d’un(e) autre.

Tu te remets sur le marché, tu vas avoir deux écoles, il y a ceux qui vont préférer internet et les réseaux sociaux. Ceux qui pensent et peut être probablement que cela peut être possible, que l’ajout d’une application de rencontres peut évoluer leur cercles relationnel et leur permettre un échange idyllique. Puis il y a ceux comme toi et moi, bien plus littéraire. Qui vont fréquenter bibliothèques et squares, en flânant les bancs, à ma recherche d’une écriture, d’une belle histoire. Oui bon je te l’accorde on est pas dans un film de Noël, mais quand même ….


Alors pour ca, tu vas devoir avoir confiance en toi pour repérer tout les signaux qu’il y a autour. Bon d’accord qu’on se le dise, je vais pas te mentir, je sais pas les repérer, et j’ai plutôt tendance à les fuir. Par contre il y a ces mauvaises perceptions, tu sais celles que tu regardais avant avec envie, ces personnes qui te mentent pour satisfaire leur propre envies égoïstes, qui aujourd’hui te sonnent comme un signal d’alarme. Eh ouais tu vas droit dans un problème, bien souvent ce sont des schémas de confort que tu te répètes. Ceux que tu attirais en te jetant dedans par peur de l’inconnu, et bien tu te surprend aujourd’hui à dire non. A ne plus accepter de te détruire ou de te punir c’est ça tu as compris tu as déjà travaillé sur toi, aujourd’hui tu es en train de te poser la question cruciale pour avancer :


Est ce que je vais arrêter de me punir pour le mal que les autres m’ont fait et accepter que l’on puisse m’aimer ?


Ca y est tu l’as compris ! Après ce cheminement tu es prêt à passer une nouvelle étape de ta vie. Non pas que l’ancienne te déplaisait forcément. Mais tu savais consciemment que c’était un chemin à prendre avant d’arriver à une autoroute. Ces déviance itinérante qui te rappelait que un jour tu devrais finir par trouver ta propre voie du bonheur.


Oh non là encore je ne pourrai pas te dire que ma façon de penser est aussi bonne que la tienne. Il y a Paul à côté de toi qui vivra une relation triangulaire. Il y a Michel à côté qui restera marié, inventera milles histoires, mais continuera de tromper sa femme. Puis il y a Jean et Cristina qui auront cette liberté de couple que toi-même ne comprendra pas, par habitude et confort de chacun et accepteront l’évasion, et puis il y a toi dans tout ça, oui toi, moi d’autres…

On est prêt à se lancer, on sait qu’on veut plus, ce qu’on voudrait! Mais une chose est sûr on est prêt !


Les multiplumes d’Elna


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *